Soudan du Sud: nouveaux combats dans la localité de Bor

Les rebelles sud-soudanais ont déclaré avoir repris le contrôle de la ville stratégique de Bor. Cette annonce intervient alors que le président Salva Kiir et l'ex-vice-président Riek Machar, chef de la rébellion, sont eux attendus à Addis Abeba pour des pourparlers.

Les deux hommes "devraient se rencontrer aujourd'hui", a affirmé le porte-parole de la diplomatie éthiopienne, Dina Mufti alors qu'expire ce mardi un ultimatum de pays africains aux deux rivaux pour cesser les hostilités.

Pas de partage du pouvoir

Le président Salva Kiir a toutefois d'ores et déjà exclu tout partage du pouvoir avec les rebelles. "Ce n'est pas une option. Cet homme (Riek Machar) est un rebelle. Si vous voulez le pouvoir, vous ne vous rebellez pas pour recevoir le pouvoir", a-t-il lancé sur la BBC.

"Des élections arrivent en 2015. Pourquoi n'a-t-il pas attendu, pour passer par le même processus?" a encore demandé M. Kiir. "S'il gagne les élections, alors il prendra les rênes".

Quant à l'information selon laquelle Bor serait sous le contrôle des rebelles, elle a été immédiatement démentie par le porte-parole de l'armée sud-soudanaise Philip Aguer selon lequel les combats ne sont "pas finis" dans cette ville stratégique située à 190 kilomètres au nord de Juba, la capitale.

"La ville est toujours en partie entre nos mains, et en partie entre celles des rebelles", a souligné quant à lui Nhial Majak Nhial, le maire de Bor.

Menace de l'UA

Lundi soir, l'Union africaine (UA) avait menacé de sanctions ciblées ceux qui incitent à la violence au Soudan du Sud et entravent les efforts pour mettre fin à deux semaines de combats dans le pays.

Lors d'une réunion lundi soir en Gambie, le conseil de paix et de sécurité de l'UA s'est dit consterné par ce bain de sang qui a fait plus de mille morts en quinze jours dans ce pays indépendant depuis 2011.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes