Strasbourg: la rencontre de Taizé débute avec 20'000 chrétiens

La 36e rencontre européenne de jeunes chrétiens, organisée par la communauté oecuménique de Taizé, a débuté samedi à Strasbourg en présence de quelque 20'000 croyants venus de plusieurs pays d'Europe. Ceux-ci échangeront et prieront ensemble à l'occasion de la nouvelle année.

"Presque tout le monde est arrivé. Ca se passe très bien, chacun est en train de prendre ses repères", a déclaré Frère Benoît, l'un des porte-parole des organisateurs.

Depuis 1978, au moment de la Saint-Sylvestre, le monastère oecuménique de Taizé organise des rencontres entre jeunes, à chaque fois dans une ville européenne différente (Rotterdam en 2010, Berlin en 2011 et Rome en 2012).

Hébergés dans des familles

Comme le veut la coutume, les jeunes chrétiens ont été hébergés dans des familles d'accueil. Via les paroisses et les écoles confessionnelles (catholiques comme protestantes), les organisateurs ont trouvé cette année suffisamment de foyers pour héberger tout le monde.

L'événement fait appel à une logistique complexe, notamment pour assurer le ravitaillement de la foule des croyants, mais aussi pour les acheminer depuis leurs lieux d'hébergement - certains dorment en Allemagne voisine -, ce qui a supposé la mise en place d'autocars et trains spéciaux.

La rencontre sera marquée par la présence en nombre, dans la capitale européenne, de jeunes Ukrainiens - ils seront 2500, soit la deuxième délégation par pays après la Pologne - et ce alors même que leur pays traverse une crise politique sans précédent entre pouvoir pro-russe et opposition pro-UE.

Temps de réflexion

Pendant quatre jours - dont une soirée de réveillon de la Saint-Sylvestre - les participants prendront part à des prières communes multilingues, dans des églises ou des salles de sport. Des temps de réflexion sont également prévus sur des sujets de société, comme l'économie, la prostitution ou la lutte contre les préjugés.

Un dialogue avec le grand rabbin de Strasbourg, dans sa synagogue, et un autre avec un aumônier musulman, à la Grande mosquée, sont également au programme.

/ATS


Actualisé le