Syrie: au moins vingt morts dans un raid aérien sur un marché bondé

Au moins vingt civils dont deux enfants ont péri dans des raids aériens de l'armée syrienne sur un marché de légumes et près d'un hôpital dans un quartier rebelle d'Alep, dans le nord de la Syrie, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plusieurs immeubles ont également été détruits.

Une femme, un adolescent et un journaliste-citoyen figurent également parmi les victimes de ces raids sur le quartier de Tarq al-Bab, a précisé l'OSDH qui a prévenu que le bilan pourrait s'alourdir.

"Les raids ont visé un marché bondé où les gens achètent des légumes et des appareils électroménagers, ce qui explique le grand nombre de morts", a indiqué la Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants. Celle-ci a évoqué un véritable "massacre".

"Il y a de nombreux immeubles détruits, dont l'un s'est effondré", ont ajouté les militants. Selon l'OSDH, proche de l'opposition, et des militants, le régime de Bachar al-Assad mène depuis deux semaines une campagne de bombardements aériens qui a fait plus de 400 morts dans les quartiers rebelles de l'ex-capitale économique de Syrie.

Stocks toxiques coincés en Syrie

Par ailleurs, la date butoir du 31 décembre fixée par la communauté internationale pour faire sortir de Syrie les stocks de toxines utilisés dans la fabrication d'armes chimiques ne sera pas respectée. C'est l'avis exprimé vendredi par un diplomate russe à l'issue d'une réunion d'experts.

Cité par l'agence de presse russe RIA, Mikhaïl Oulianov a expliqué que les toxines, qui servent à produire du sarin, ainsi que d'autres gaz mortels, sont en phase d'empaquetage et n'ont toujours pas été transportées jusqu'au port de Lattaquié. De là elles doivent être acheminées vers d'autres pays, loin de la zone de conflit, en vue de leur destruction.

Attaque au gaz sarin

Damas a accepté de renoncer à ses armes chimiques selon les termes d'un accord international proposé par son allié russe après une attaque au gaz sarin perpétrée le 21 août dernier à la périphérie de la capitale syrienne.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes