Syrie: livraison de missiles "potentiellement déstabilisante"

La livraison de missiles russes à la Syrie serait "potentiellement déstabilisante" pour la région, a estimé jeudi John Kerry, qui prépare une conférence internationale sur le conflit. Il réagissait à des informations faisant état d'une telle vente par Moscou. L'ONU a convaincu dans ce contexte le médiateur Lakhdar Brahimi de rester en poste."Nous préférerions que la Russie ne fournisse pas d'aide" au régime du président Bachar al-Assad, a affirmé M. Kerry lors d'une conférence de presse conjointe à Rome avec son homologue italienne Emma Bonino.Israël a mis en garde les Etats-Unis sur une vente prochaine par la Russie à la Syrie de systèmes de missiles sol-air sophistiqués en dépit des pressions des Occidentaux, affirme le "Wall Street Journal".L'accord de vente remonte à 2010 et la Syrie a payé à la Russie 900 millions de dollars pour quatre batteries de missiles S-300, comprenant six rampes de lancement et 144 missiles d'une portée de 200 km, écrit le WSJ.Le quotidien précise que des responsables américains ont confirmé être en train d'analyser des documents transmis par Israël. Le gouvernement syrien cherche depuis des années à s'équiper de ce matériel, capable à la fois d'intercepter des avions de chasse et des missiles.Rapprochement saluéLa Syrie a par ailleurs salué jeudi le récent rapprochement américano-russe sur le conflit, se disant confiante en la fermeté de la position de Moscou. La Russie et les Etats-Unis ont annoncé mardi un accord sur les bases de la réunion de Genève de juin 2012, qui avait appelé une transition démocratique sans préciser le sort de M. Assad.Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a réaffirmé jeudi à Rome la position de Washington sur la nécessité d'un départ de M. Assad. Malgré ce désaccord de fond, M. Kerry a assuré que les préparatifs en vue d'une conférence internationale pour trouver une solution au conflit se poursuivaient. La conférence pourrait se tenir d'ici à fin mai, peut-être une nouvelle fois à Genève.Brahimi resteLe secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a convaincu dans ce contexte le médiateur en Syrie Lakhdar Brahimi de rester à son poste, a indiqué le vice-secrétaire général de l'organisation, Jan Elisasson. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus