La Première ministre thaïlandaise destituée par la justice

La Cour constitutionnelle thaïlandaise a destitué la Première ministre Yingluck Shinawatra, reconnue coupable d'abus de pouvoir, et plusieurs membres de son gouvernement. Le ministre du Commerce et vice-Premier ministre Niwattumrong Boonsongpaisan a été nommé chef du gouvernement par intérim.

Mme Yingluck, qui fait face depuis six mois à un mouvement de rue réclamant sa tête, "ne peut plus rester à son poste de Premier ministre expédiant les affaires courantes", a déclaré le président de la Cour Charoon Intachan en lisant le jugement. La Cour a aussi décidé de révoquer tous les ministres impliqués dans ce dossier lié à l'éviction du patron du Conseil de sécurité nationale.

Elle n'a en revanche pas précisé leurs noms, laissant planer le doute sur l'étendue de la vacance du pouvoir et sur la possibilité que l'un des ministres restants remplace Mme Yingluck. Elle a aussi refusé de nommer un nouveau Premier ministre, notant qu'elle n'était "pas autorisée" à le faire.

Abus de pouvoir

L'affaire concerne l'éviction du patron du Conseil de sécurité nationale, Thawil Pliensri, après l'arrivée au pouvoir de Mme Yingluck en 2011. Celui-ci a réintégré depuis ses fonctions sur ordre du tribunal administratif.

Se basant sur cette décision, un groupe de sénateurs, assurant que le transfert initial avait été fait au bénéfice du parti Puea Thai au pouvoir, a déposé un recours devant la Cour constitutionnelle.

"Les juges ont décidé à l'unanimité que Yingluck avait abusé de son statut de Premier ministre", pour effectuer un transfert "illégal" et à son propre "bénéfice", a dit M. Charoon, au lendemain du témoignage de Mme Yingluck, qui avait clamé son innoncence.

Salué par les manifestants

Les manifestants antigouvernementaux ont salué la décision de la Cour à coups de sifflets devenus leur signe de ralliement.

Les protestataires continuent à défiler quasi quotidiennement dans les rues de Bangkok, même si la mobilisation a largement diminué depuis le début de cette crise qui a fait au moins 25 tués. Ils accusent Mme Yingluck et son frère Thaksin Shinawatra, ancien Premier ministre renversé par un coup d'Etat en 2006, d'avoir mis en place un système de corruption généralisée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes