Trente-trois tués dans le crash d'un avion mozambicain

Un avion de la compagnie mozambicaine LAM s'est écrasé dans le nord-est de la Namibie. L'ensemble de ses 33 occupants, dont un Français, ont été tués dans cet accident, a annoncé samedi la police namibienne.

L'appareil effectuait vendredi une liaison entre Maputo et la capitale angolaise Luanda. Il a disparu des écrans radar alors qu'il survolait le nord-est de la Namibie. La carcasse calcinée de l'avion a été retrouvée samedi dans le secteur du Parc national de Bwabwata, une réserve naturelle de plus de 6000 km2 située dans la région de Kavango, non loin de la frontière avec l'Angola et le Botswana.

"L'avion a entièrement carbonisé et il n'y a pas de survivants", a déclaré Willy Bampton, un responsable de la police namibienne. "Les corps sont dispersés partout, c'est une vision d'horreur", a déclaré un "ranger" ayant participé aux recherches.

Deuil national

Un deuil national sera déclaré, a annoncé le ministre des transports Gabriel Muthisse après une réunion de crise au palais présidentiel.

Les sauveteurs ont pu récupérer les enregistreurs de vol de l'appareil. Cité par des médias, des responsables du ministère mozambicain des Transports ont précisé que l'appareil, qui transportait 27 passagers et six membres d'équipage, était un Embraer SA 190 de fabrication brésilienne.

L'appareil, avec une centaine de sièges, donc au deux tiers vide, était équipé de moteurs de fabrication américaine, selon le directeur des enquêtes accident du ministère namibien des Transports, le capitaine Ericksson Nengola. Il "avait été livré en novembre 2012", a précisé Embraer dans un communiqué.

Zone de fortes pluies

L'avion avait décollé de Maputo vendredi à 11h26 (10h26 suisses) et aurait dû atterrir à 14h00 à Luanda. Le contact avec les contrôleurs aériens a été perdu alors que l'avion traversait une zone de fortes pluies et volait dans des conditions de visibilité réduite.

L'aviation civile namibienne a fait décoller dès vendredi un hélicoptère de recherche mais le mauvais temps a interrompu l'opération, qui a pu reprendre samedi matin.

La compagnie a publié la liste des nationalités des passagers: un ressortissant français se trouvait à bord, de même qu'un Chinois, un Brésilien, cinq Portugais, neuf Angolais et dix Mozambicains

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes