Poutine annonce un plan d'apaisement après un cafouillage de Kiev

Vladimir Poutine a présenté mercredi un plan de règlement du conflit en Ukraine, peu après l'annonce par Kiev d'un accord avec Moscou sur un cessez-le-feu dans l'est, que Barack Obama a accueilli avec prudence. Le président russe semble vouloir jouer l'apaisement à la veille du sommet de l'OTAN.

d'une aide et un échange de prisonniers. Par ces annonces, Moscou espère semble-t-il éviter un nouveau train de sanctions de la part de l'Union européenne (UE), qui a promis de les annoncer d'ici vendredi.

Auparavant, le président russe avait estimé que son point de vue sur la crise et celui de son homologue ukrainien Petro Porochenko, avec lequel il avait parlé au téléphone, étaient "très proches".

"Je pense qu'un accord final entre les autorités ukrainiennes et le sud-est de l'Ukraine pourrait être trouvé et fixé le 5 septembre, au cours d'une réunion du groupe de contact" sur le règlement du conflit dans cette ex-république soviétique, a déclaré M. Poutine.

"Poudre aux yeux"

Après avoir parlé prématurément d'un "accord de cessez-le-feu permanent", la présidence ukrainienne a diffusé un communiqué annonçant que MM. Porochenko et Poutine "sont tombés d'accord sur un cessez-le-feu dans le Donbass", bassin minier de l'Est en proie à d'intenses combats.

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a rejeté le plan de règlement du conflit présenté par M. Poutine, estimant qu'il s'agissait de "poudre aux yeux" pour éviter les sanctions occidentales.

Un cessez-le-feu en Ukraine ne sera possible que lorsque la Russie cessera de "prétendre" qu'elle n'intervient pas dans le conflit et arrêtera d'envoyer des troupes et des armes dans le Donbass, a jugé de son côté le président américain Barack Obama.

L'UE a elle aussi réagi avec prudence. "Si ces nouvelles (de cessez-le-feu) se confirment, ce sera une évolution positive, mais nous avons besoin de plus d'informations", a dit la porte-parole de la diplomatie de l'UE.

/ATS


Actualisé le