Ukraine: la Crimée fait un pas de plus vers la partition

Le parlement de Crimée a fait jeudi un pas de plus vers la partition de l'Ukraine en demandant à Vladimir Poutine le rattachement de la péninsule à la Russie. Un référendum est prévu le 16 mars. Face à cette brusque accélération du cours des événements, Barack Obama et l'Union européenne ont annoncé des sanctions contre Moscou.

Le parlement de Crimée, dominé par des députés pro-russes, a voté jeudi en faveur du rattachement de la région à la Fédération de Russie. Les électeurs de Crimée auront le choix, lors d'un référendum prévu le 16 mars, entre un rattachement à la Russie ou une autonomie nettement renforcée, a indiqué le député Grigori Ioffe.

La Crimée est un territoire à majorité russophone, stratégique pour Moscou, notamment par son port militaire de Sébastopol sur la Mer noire.

"Une farce, un crime contre l'Ukraine"

Arseni Iatseniouk, Premier ministre du gouvernement provisoire ukrainien mis en place après la chute de Viktor Ianoukovitch, n'a pas tardé à dénoncer une initiative "illégitime" à Bruxelles, où il assistait à un Conseil européen extraordinaire.

A Kiev, le parlement ukrainien a décidé d'engager une procédure de dissolution du parlement de la Crimée. Washington a immédiatement dénoncé l'organisation d'un référendum sans consultations avec Kiev, qui constituerait une violation du droit international.

Gel des avoirs et autres sanctions

Au chapitre des sanctions, l'UE a annoncé le gel des avoirs de l'ex-président Viktor Ianoukovitch, de son ex-Premier ministre Mikola Azarov et de 16 autres personnalités.

Les dirigeants européens ont aussi décidé de suspendre les négociations sur les visas avec la Russie et menacé de prendre davantage de sanctions, notamment économiques, si la situation continuait à se détériorer en Ukraine.

L'UE va en outre signer le volet politique de l'accord d'association avec Kiev avant les élections du 25 mai en Ukraine. Cette annonce renforce le soutien affiché de l'UE au gouvernement provisoire.

Barack Obama a lui ordonné le gel des avoirs des individus et entités impliqués dans l'intervention militaire russe en Crimée, qui feront en outre l'objet d'une interdiction de déplacement aux Etats-Unis. L'aide économique promise par Washington à Kiev - des prêts garantisà hauteur d'un milliard de dollars - a ensuite été approuvée par la Chambre des représentants par 385 voix contre 23. Le Sénat américain doit encore l'adopter.

Observateurs

Sur le terrain, 40 observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont été empêchés d'entrer en Crimée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus