Ukraine: L'UE envisage de faire davantage pression sur la Crimée

Bruxelles envisage de faire pression sur la Crimée. Une "interdiction plus approfondie" des investissements dans cette région est à l'étude. Des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont en outre été à nouveau la cible de tirs mercredi dans l'est de l'Ukraine. Trois d'entre eux ont été visés par un lance-roquettes alors qu'ils se trouvaient dans leur véhicule blindé. Personne n'a été blessé.

Les ambassadeurs des 28 pays de l'Union européenne "ont entendu (jeudi) une première présentation de propositions" visant à renforcer la pression sur la Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars par la Russie, ce que l'UE ne reconnaît pas, a indiqué une source diplomatique européenne.

L'UE a en outre décidé jeudi d'élargir ses sanctions contre 13 personnalités et 5 organisations impliquées dans les élections organisées le 2 novembre dernier par les rebelles séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

Ces sanctions consistent en un gel des avoirs dans l'UE, doublé d'une interdiction de visas d'entrée ou de transit par le territoire de l'UE pour les individus visés. L'identité des nouvelles personnes et entités ne sera connue qu'après publication de la décision au Journal officiel de l'UE samedi.

A ce jour, la "liste noire" de l'UE dans le dossier ukrainien contient 119 personnes, des séparatistes comme des responsables russes, dont certains proches de Vladimir Poutine, comme le riche homme d'affaires Arkady Rotenberg. Par ailleurs, 23 "entités" accusées d'apporter un soutien aux rebelles ont vu leurs avoirs gelés.

Cibles de lance-roquettes

L'attaque a eu lieu à environ 50 kilomètres au nord-ouest de la ville de Donetsk, bastion séparatiste. Les observateurs étaient alors accompagnés de militaires ukrainiens, a précisé l'OSCE dans un communiqué.

Alors que le convoi s'approchait d'un poste de contrôle de l'armée ukrainienne près de la ville de Sumy, l'un des observateurs est descendu du véhicule blindé. C'est à ce moment que le lance-roquettes a fait feu, explique l'organisation.

Le premier tir a atteint un espace situé à quelque 150 mètres du véhicule. Plusieurs autres roquettes l'ont ensuite manqué de peu, passant à deux ou trois mètres seulement, détaille l'OSCE. Le collaborateur s'est alors empressé de remonter dans le véhicule et le convoi a fait demi-tour pour retourner à la base.

Un homme non identifié portant un uniforme avait déjà effectué deux tirs sur deux véhicules de l'OSCE il y a une dizaine de jours dans l'est de l'Ukraine, manquant à chaque fois sa cible. Les observateurs surveillent des postes-frontières entre Gukowo, en Russie, et la région de Donetsk.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus