Un Palestinien, mineur au moment des faits, pendu par le Hamas

Un Palestinien condamné pour meurtre dans la bande de Gaza a été exécuté mercredi, a annoncé le ministère de l'Intérieur du gouvernement du Hamas, au pouvoir dans le territoire palestinien. Le jeune homme était mineur au moment des faits.

Hani Mohammad Abou Alyane, résident de Khan Younès (sud), a été condamné à la peine capitale par pendaison par le tribunal de première instance de Khan Younès pour deux meurtres après avoir épuisé tous ses recours, souligne le ministère.

"Il est choquant que Hani Abou Alyane soit passible d'exécution, en particulier étant donné que le crime a été commis alors qu'il avait moins de 18 ans et que la condamnation a été prononcée par un tribunal qui s'est fondé, selon son avocat, sur des aveux forcés", a affirmé le directeur d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Philip Luther dans un communiqué.

Selon Amnesty, il a été condamné en première instance en mai 2010 à deux peines de perpétuité pour l'homicide involontaire d'un ami en 2009 et "le meurtre et le viol d'un enfant de six ans en 2000 alors qu'il était âgé de moins de 18 ans".

Le parquet avait fait appel et, en septembre 2012, la Cour d'appel a aggravé les condamnations à la peine capitale, une décision validée le 14 juillet 2013 par la Cour de cassation, précise l'organisation, soulignant que "condamner à mort un délinquant mineur est une violation de la loi palestinienne et du droit international".

Peine de mort légale

La Haut commissaire aux droits de l'Homme des Nations Unies Navi Pillay avait exhorté en août les autorités du Hamas à ne pas se livrer à plusieurs exécutions programmées après le Ramadan.

Le mouvement islamiste, au pouvoir à Gaza depuis juin 2007, a procédé à ses premières exécutions en avril 2010 avec la pendaison de deux hommes condamnés à mort pour collaboration avec Israël.

Selon la loi palestinienne, les personnes condamnées pour collaboration, meurtre ou trafic de drogue sont passibles de la peine de mort. Toute exécution doit être approuvée par le président palestinien Mahmoud Abbas, mais le Hamas ne reconnaît pas la légitimité de M. Abbas, dont le mandat a expiré en 2009.

/SERVICE


Actualisé le