Une marche "des salopes" s'invite à la fête catholique au Brésil

Brandissant des affiches proclamant "Retire ta croix de mon utérus !", un millier de personnes ont manifesté samedi à Rio. Elles ont plaidé pour l'avortement et le mariage gay sur la plage de Copacabana, devant une foule de jeunes pèlerins catholiques parfois atterrés.

"Nous croyons que le pape a les moyens d'utiliser toute cette solidarité qu'il dit éprouver pour considérer les femmes comme ses égales", a déclaré Gisèle Barbosa. Cette professeure d'histoire âgée de 31 ans milite au sein du mouvement "Catholiques pour le droit de décider !" qui défend l'avortement.

Le trottoir aux petits pavés noirs et blancs longeant la plage était jonché de morceaux de crucifix brisés par les manifestants. Outrés, certains pèlerins ont ramassé les morceaux de bois. "C'est absurde, ils ne peuvent pas nous manquer de respect comme ça !", a dit une jeune femme.

"Nous voulons montrer à tous ceux qui ont les yeux tournés vers le Brésil à cause du pape, que c'est un pays où les femmes ont très peu de droits, où il semble normal de se faire agresser et où l'avortement est loin d'être garanti", a déclaré Ana Carolina Castro, 24 ans.

Habillé en femme avec un collier de perles, Erick Araujo manifeste en faveur des droits de la femme. "L'oppression qui existe depuis toujours doit avoir une limite. Nous sommes en 2013 et les femmes luttent pour la même chose depuis 1960", déplore-t-il.

Pour l'heure, l'avortement n'est autorisé au Brésil qu'en cas de viol, et jusqu'à huit semaines de grossesse. Ou alors quand la vie de la mère est en danger.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus