Usine effondrée: Dacca se justifie - Indemnisations prévues

Le Bangladesh a justifié mardi sa décision de décliner l'aide de pays étrangers après l'effondrement mercredi d'un immeuble abritant des ateliers de confection travaillant pour de grandes firmes occidentales. Parmi celles-ci, certaines ont promis d'indemniser les victimes.Dacca devait répondre à de multiples critiques, mis en demeure par les sociétés d'habillement européennes ou américaines d'améliorer la sécurité des travailleurs du textile. Le gouvernement est aussi accusé par les familles des victimes d'avoir refusé l'aide de secouristes étrangers.Il a annoncé un plan d'inspection des usines. Mais il a récusé les accusations de négligence dans les opérations de sauvetage et de récupération des corps ensevelis sous des tonnes de béton et d'acier."Nous n'avons pas éprouvé la nécessité de faire appel à l'aide étrangère d'urgence parce que notre dispositif de secours était suffisant et s'est révélé exemplaire", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Mustak Ahmed.Travaux de déblayageLa catastrophe survenue à Savar, dans la banlieue de la capitale, a fait au moins 387 morts et un millier de blessés graves, en majorité des femmes. Mais le nombre total des victimes était impossible à établir avant l'enlèvement des décombres qui a commencé lundi.Les grues sont entrées en action pour déblayer les gravats et extraire des dizaines, peut-être des centaines de corps de disparus. Quelque 2400 personnes ont été sorties vivantes de l'immeuble dans lequel 3000 étaient employées.Sohel Rana, le propriétaire de l'immeuble construit sans les autorisations légales, a comparu mardi soir après son arrestation à la frontière avec l'Inde. Inculpé d'homicide volontaire par négligence, il est en détention provisoire.Eviter une récidiveL'immeuble abritait cinq ateliers de confection notamment liés aux marques espagnole Mango et britannique Primark, seules enseignes à avoir confirmé leurs relations avec des ateliers du Rana Plaza. Primark s'est engagé à "verser des indemnités aux victimes de cette catastrophe qui travaillaient pour son fournisseur", notamment aux enfants ayant perdu leurs parents.Le groupe canadien de distribution alimentaire Loblaw a également annoncé qu'il allait apporter une aide "percutante et significative" aux familles de victimes employées par son fournisseur et de "favoriser la mise en place de changements afin d'éviter qu'un tel incident ne puisse se reproduire". /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus