1er août: il faut garder la liberté et l'indépendance, dit Maurer

Le président de la Confédération Ueli Maurer a, dans son allocution radio-télévisée du 1er août, exhorté les Suisses à ne jamais renoncer ni à la liberté ni à l'indépendance face aux pressions internationales. Pour lui, il s'agit de se défendre contre les "juges étrangers".

Pour enregistrer son discours télévisé, Ueli Maurer s'est rendu à Obwald sur l'Älggi-Alp, le centre géographique de la Suisse. De même que le pays à un centre physique, il a aussi un noyau de valeurs, a déclaré le président de la Confédération. "Notre liberté et notre indépendance font partie de ces principes politiques".

La Suisse peut être fière de ces valeurs, a-t-il lancé. L'ordre politique libéral confère aux citoyens non seulement des droits particulièrement étendus, mais aussi réussite économique et prospérité au pays. La Suisse est un "Sonderfall", "un cas manifestement à part en raison de sa liberté et de sa prospérité".

Souveraineté des petits Etats

Comme dans ses discours de la fête nationale, prononcés en de nombreux endroits du pays, Ueli Maurer s'est dit préoccupé par le fait que la Suisse subisse des pressions répétées de la part de quelques grands Etats et certaines organisations internationales.

A ses yeux, il est important que les Suisses restent unis pour défendre leurs valeurs essentielles. "Céder ne résout rien: plus nous ferons de concessions, plus les prochaines exigences seront fortes".

Comme souvent dans ses allocutions, le conseiller fédéral UDC se réfère au pacte fédéral de 1291. Celui-ci proclame déjà "que nous ne voulons pas de juges étrangers", un principe qui "nous a bien servi jusqu'ici".

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes