400 personnes protestent à Berne contre la loi sur la surveillance

Quelque 400 personnes ont manifesté samedi à Berne contre le projet de loi fédérale sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication (LSCPT). Différents orateurs ont vu dans cet objet adopté en mars par le Conseil des Etats un danger pour la démocratie.

Cette loi fait des citoyens des suspects potentiels, ont critiqué les protestataires réunis sur la Place fédérale, appelant au respect de la sphère privée et de la présomption d’innocence. Selon eux, le projet ne serait pas conforme à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Différents partis et organisations de gauche avaient appelé à manifester, notamment les Verts, le Parti pirate, des sections jeunes de tous bords politiques, de même que la Swico, la fédération des professionnels de la technologie de l'information et de la communication.

Le Conseil national, dont la session d'été débute lundi, doit encore se prononcer. S'il ne corrige pas le tir, un référendum est d'ores et déjà annoncé.

La nouvelle loi veut permettre l'utilisation de logiciels mouchards dits "governement sofware" dans le cadre de procédures pénales. Les conversations sur Internet, via skype par exemple, et par courriels pourraient être écoutées et surveillées. Les données de télécommunications pourraient être conservées pendant douze mois au lieu de six actuellement.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus