Accident de ballon à Montbovon: une famille réclame 48 millions

La famille de l'Américain tué en 2013 à Montbovon (FR) dans un accident de montgolfière, a porté plainte la semaine dernière devant la cour fédérale de Californie contre le Grand Hôtel Park de Gstaad et les tour-opérateurs. Elle réclame 48 millions de francs de dommages et intérêts, selon le "Malibu Times".

Le 6 août 2013, un ballon, appartenant à Gstaad Fly, une société à responsabilité limitée émanant du Grand Hôtel Park, a heurté une ligne à haute tension près de Montbovon, en Gruyère, chutant de 50 mètres. Le père de la famille américaine est décédé, alors que sa femme, une professeure de droit et ancienne procureure pénale, ses deux filles et le pilote ont été grièvement blessés.

La plainte, qu'a pu consulter l'ats, accuse l'hôtel, ainsi que les voyagistes Protravel International et Bucher Reisen, de négligences graves et d'homicide par négligence, confirmant une information diffusée vendredi par "La Liberté".

Pilote sous influence de l'alcool

L'hôtel et les voyagistes ont indiqué à plusieurs reprises à la famille américaine que le vol en montgolfière était fiable et sûr et l'ont présenté comme un "must". Mais personne n'a vérifié la sécurité du ballon et les compétences du pilote, un Suisse âgé de 65 ans au moment des faits, relève la plainte.

La famille américaine accuse le Grand Hôtel Park d'avoir engagé un pilote incompétent. Elle note que l'alcotest effectué sur ce dernier après l'accident a révélé qu'il avait consommé de l'alcool durant la nuit précédant le vol en montgolfière.

Vol trop bas

Selon les avocats des plaignants, le sexagénaire suisse est arrivé en retard sur le lieu du départ et a ensuite volé trop bas. Quand l'une des filles a crié pour avertir de la présence de la ligne électrique à haute tension, l'aérostier a regardé dans la direction opposée.

D'après un témoin ayant accouru sur les lieux de l'accident, le pilote aurait déclaré "n'avoir pas vu le câble électrique". Or l'hôtel avait affirmé que le vol serait effectué par un pilote expérimenté et connaissant le trajet, écrivent les avocats.

La plainte soutient également que le Suisse avait été renvoyé par son ancien employeur, car il avait été surpris au bistrot pendant ses heures de travail et avait eu un accident sous l'influence de l'alcool. Le Grand Hôtel Park était informé de ses anciens déboires, affirment les avocats, qui ajoutent qu'une enquête pour homicide involontaire a été ouverte en Suisse à l'encontre du pilote.

De son côté, l'hôtel évoque dans une prise de position "une véritable tragédie". Il ne veut toutefois pas commenter davantage l'accident en raison du litige et de la procédure en cours en Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus