Accident en Norvège: quatrième passager décédé, chauffeur inculpé

Un Suisse de 49 ans grièvement blessé dans l'accident d'un car argovien mardi en Norvège est décédé mercredi, portant le bilan à quatre tués et 13 blessés. Les blessés devaient être rapatriés mercredi en Suisse, à l'exception du chauffeur, grièvement atteint, qui a été inculpé de conduite imprudente.

L'hôpital universitaire St Olav de Trondheim avait qualifié l'état du Suisse de 49 ans de "très sérieux" mercredi en milieu de journée. L'homme y avait été héliporté après l'accident intervenu à Trones, dans le comté du Nord-Troendelag, dans l'ouest du pays.

Mardi déjà, trois Suisses avaient perdu la vie dans l'accident, deux hommes de 72 et 78 ans et une femme de 56 ans. Les douze autres passagers, également suisses, blessés, devaient être rapatriés mercredi encore en Suisse.

Le chauffeur, de nationalité allemande, ne devrait lui être transportable que d'ici un à deux jours, a indiqué à l'ats Svein Karlsen, porte-parole de l'hôpital de Namsos, localité près du lieu de l'accident où ont été acheminés treize des blessés.

Chauffeur inculpé

Le chauffeur, qui n'a pu être que brièvement entendu par les enquêteurs, a été inculpé de conduite imprudente, a indiqué à l'ats la police norvégienne, confirmant cette information de la version en ligne du journal norvégien "Tronder-Avisa".

Une demande de mise en accusation fait partie du processus habituel en Norvège lors d'enquêtes en cours, a expliqué le chef des secours de la police de Nord-Trondelag, Morten Evensen.

Il se peut que l'inculpation soit abandonnée à l'issue des investigations, atténuée ou au contraire renforcée.

Qualité de la chaussée critiquée

Le car, propriété de l'entreprise Eurobus basée à Windisch (AG), se trouvait sur le chemin du retour d'un voyage de deux semaines en Norvège lorsque l'accident est intervenu. Pour une raison encore inconnue, le véhicule a quitté la route et fini sa course dans un fossé.

Les premiers résultats de l'enquête ne sont pas attendus avant jeudi au plus tôt. "Nous investiguons pour savoir si des causes techniques, par exemple une défectuosité du bus, pourraient expliquer l'accident, ou si ce dernier est imputable à une erreur humaine, ou une combinaison des deux", a indiqué à l'ats le responsable de l'enquête, Kjetil Ravlo.

Selon l'un des enquêteurs, Rolf Mellum, une des causes possibles pourrait être le nouveau revêtement de la chaussée à cet endroit.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes