Adèle Thorens milite pour "une union entre les partis raisonnables"

Adèle Thorens, coprésidente des Verts, considère "la lutte contre l'isolationnisme" comme "la priorité absolue" des élections fédérales. Dans une interview au quotidien "Le Temps", elle appelle à former "une union entre les partis raisonnables qui veulent maintenir une Suisse ouverte", afin de contrer l'UDC.

"Tous les partis ont le même problème: l’UDC phagocyte le débat politique avec ses provocations dans le domaine de la migration", dénonce la conseillère nationale vaudoise. Il ne faut pas que la concurrence entre les différentes formations en 2015 aboutisse à les diviser dans la "lutte contre l'isolationnisme", ajoute-t-elle.

Et les Verts ont "un rôle important à jouer, comme parti non gouvernemental et celui dont l’électorat a le plus clairement refusé l’initiative de l’UDC le 9 février", poursuit Mme Thorens. Elle compte d'ailleurs l'application de ce texte au nombre des thèmes qui seront abordés durant la campagne - "tous les partis y seront confrontés" -, avec notamment la sortie du nucléaire.

La Vaudoise reste évasive sur une éventuelle participation des Verts au gouvernement: "à terme, nous souhaitons bien sûr entrer au Conseil fédéral, mais nous verrons cela après les élections", dit-elle seulement. "Ce qui est essentiel, c’est d’avoir au Conseil fédéral des personnes avec des projets communs, capables de collégialité et crédibles face au Parlement."

Les Verts ont pour principal objectif en 2015 de maintenir leurs sièges et d'en gagner quelques autres, notamment dans les cantons de Bâle-Ville et du Tessin, a déclaré récemment Regula Rytz, l'autre coprésidente du parti, dans un entretien à la "NZZ am Sonntag". Elle a également rappelé à cette occasion que les Verts possèdent "davantage de sièges cantonaux" que Vert'libéraux et PBD réunis.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus