Avenir Suisse veut réduire la SSR à un fournisseur de contenus

Supprimer les chaînes de la SSR et la transformer en fournisseur de contenus de service public diffusés par des médias privés: Avenir Suisse souhaite ainsi réformer à long terme l'aide financière aux médias. Le soutien de l'Etat aux médias écrits serait lui aussi uniquement lié au contenu.

A l'ère du numérique, l'aide actuelle de la Confédération à la presse écrite, à la radio et à la télévision "entrave le développement structurel des médias et fausse la concurrence", écrit Avenir Suisse dans un document publié aujourd'hui. Internet n'est pas pris en compte, déplore le laboratoire de réflexion libéral.

A court terme, ce dernier propose la création d'un organe de contrôle préalable des prestations de la Société suisse de radiodiffusion (SSR). Objectif: vérifier la conformité de son offre avec son mandat de service public. Un second organe observerait les conséquences de cette offre sur le secteur des médias privés.

Plafonner les revenus de la SSR

Autre proposition à mettre en oeuvre dans les années à venir: le plafonnement des revenus de la SSR, redevance et recettes publicitaires comprises. A plus long terme, Avenir Suisse réclame de grosses réformes pour faire face aux changements du marché des médias.

La boîte à idées des entreprises suisses souhaite supprimer les subventions directes aux radios et télévisions ainsi que les réductions de tarifs postaux et des taux de TVA pour la presse écrite.

Soutenir les fournisseurs de contenus

A la place du système actuel, Avenir Suisse propose de soutenir financièrement les fournisseurs privés de contenus. A la manière d'une agence de presse de nature coopérative, les fournisseurs mettraient leurs tests, vidéos, podcasts ou livestreams à disposition de tiers à des conditions avantageuses et équitables.

Ils constitueraient une "agence ats perfectionnée", selon M. Meister. Ce modèle constituerait un subventionnement indirect pour tous les médias. Il ne serait que transitoire, en attendant une réforme de la SSR. Son but premier serait de promouvoir la diversité, estime Avenir Suisse.

Un telle logique induirait aussi une transformation de la SSR en simple "fournisseur de contenus sans plate-forme de diffusion". Les chaînes de radio et de télévision de la RTS, de la SRF et de la RSI seraient donc supprimées.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus