Calmy-Rey: "La voie bilatérale n'est plus la seule alternative"

Micheline Calmy-Rey recommande à la Suisse d'entamer des négociations d'adhésion avec l'UE. "Profiter du système sécuritaire et du marché de l'UE, reprendre le droit européen sans participer à la prise de décision, ne me paraît pas digne", explique l'ancienne conseillère fédérale.

Le moment est opportun, estime la socialiste genevoise, dans une interview publiée dans "Le Matin Dimanche", à l'occasion de la sortie de son livre ("La Suisse que je souhaite").

"L'UE est elle-même en train de changer (...) (La chancelière allemande) Angela Merkel et (le président français) François Hollande militent pour un approfondissement de la zone euro et en même temps pour un élargissement de l'union. La Suisse pourrait trouver sa place plus facilement dans un modèle à deux vitesses", affirme Mme Calmy-Rey.

"La souveraineté, c'est aussi donner son avis sur les décisions, pas seulement reprendre l'acquis sans avoir un mot à dire", poursuit l'ancienne cheffe de la diplomatie suisse.

Alors que Berne négocie actuellement un accord-cadre avec Bruxelles, réglant les questions institutionnelles, Mme Calmy-Rey pense que "la voie bilatérale n'est plus la seule alternative qui s'offre" à la Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes