Carl Hirschmann n'échappera pas à une peine de prison ferme

Le jet-setteur Carl Hirschmann n'échappera pas à la prison ferme. Le Tribunal fédéral (TF) a débouté le millionnaire zurichois condamné à trente-deux mois de prison dont vingt avec sursis pour actes d'ordre sexuel avec une jeune fille de quinze ans et contrainte sexuelle.

Le TF relève la gravité des actes commis par Carl Hirschmann. Le jet-setteur venait de faire la connaissance de la victime dans sa discothèque zurichoise le "Saint-Germain" lorsqu'il lui a demandé une fellation avant de la revoir et d'entretenir avec elle des rapports sexuels complets.

Le jeune homme, âgé de 30 ans au moment des faits, savait que la jeune fille était vierge. Il se doutait qu'elle pouvait être encore mineure.

Amie d'enfance contrainte

L'interdiction d'actes sexuels avec des mineurs de moins de seize ans vise à préserver le développement sexuel de l'enfant d'influences perturbatrices, relève le TF. Face à l'importance du respect d'une telle interdiction, le refus du sursis est justifié.

En novembre 2012, le Tribunal cantonal zurichois avait condamné le jet-setteur pour actes d'ordre sexuel avec une mineure et pour contrainte sexuelle, car il avait contraint une amie d'enfance à lui faire une fellation dans les toilettes.

Lors du procès, la défense avait demandé que Carl Hirschmann, qui souffre d'un trouble de déficit d'attention avec hyperactivité ne soit pas reconnu pleinement responsable. Un argument rejeté par les experts, qui avaient conclu que ce trouble psychique ne diminue pas la responsabilité du jeune homme.

Lésions corporelles

Le jet-setteur a eu également d'autres démêlés avec la justice, qui concernait ses rapports avec son ex-amie. Le couple s'était séparé en août 2009 avant que l'ex-amie ne dépose plainte contre Carl Hirschmann pour lésions corporelles. Celui-ci l'avait ensuite accusée de mensonge sur Facebook.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus