Culpabilité confirmée pour un père brutal dans le canton de Zurich

L'homme qui a maltraité ses deux filles dans l'Oberland zurichois a été condamné vendredi à neuf ans et demi de prison. Il a été reconnu coupable de lésions corporelles graves par le tribunal de district de Winterthour (ZH). Sa fille cadette est décédée. Il s'agissait d'un procès en révision.

Le Ministère public avait requis 12 ans de prison et l'internement. Selon des rapports d'experts, une thérapie serait contre-productive, car elle renforcerait les tendances manipulatrices du prévenu qui possède une personnalité fortement sadique et narcissique.

La défense a plaidé pour une peine ne dépassant pas un an et huit mois de prison avec sursis pour avoir négligé son devoir d'éducation. Son client n'a pas voulu nuire à ses enfants. L'avocat a aussi mis en doute les séquelles psychiques de la fille aînée et contesté que la cadette ait été sous-alimentée avant de mourir.

Premier procès annulé

Lors du premier procès, annulé par le Tribunal fédéral pour non-respect du contenu de l'acte d'accusation, l'homme avait été condamné à neuf ans et six mois de prison. Il avait été reconnu coupable de lésions corporelles graves. Le procureur avait aussi requis 12 ans de réclusion et l'internement.

Le prévenu vivait avec ses deux enfants et deux femmes dans une communauté dans l'Oberland zurichois. Les deux fillettes étaient éduquées selon des principes chrétiens stricts. Elles étaient régulièrement punies et battues.

"Apprendre l'obéissance"

Pour éduquer ses filles, le père suivait les règles de Jakob Lorber (1800-1864), aussi appelé "l'écrivain public de Dieu". Cet Autrichien affirme que pendant les premières années de sa vie, l'enfant doit apprendre l'obéissance, car Dieu aime l'humilité. Il faut extirper de l'enfant le mensonge, la rébellion et l'effronterie.

La plus jeune fille est décédée le 10 mai 2006, après avoir été fortement secouée par une des compagnes du prévenu. La femme a été condamnée entretemps. L'autre fille a été placée dans une famille par les autorités.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes