Déchets nucléaires: résultat nuancé selon les régions

L'analyse des lieux de stockage pour les déchets nucléaires se poursuit. L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) a rendu public mardi les études d'impact socio-économique et environnemental (EI-SEE) dans chacune des six régions d'implantation potentielles: le résultat est nuancé selon le type de zones.

Le rapport final des études EI-SEE, menées depuis 2011 sur un plan supracantonal, est désormais disponible, a indiqué mardi l'OFEN dans un communiqué. Six régions, Jura-est (ex-Bözberg), Pied sud du Jura (SO/AG), Nord des Lägern (ZH/AG), Südranden (SH), Wellenberg (NW) et Zurich nord-est (ex-Weinland zurichois) sont au banc d'essai des sites potentiels pour un futur dépôt en couches géologiques profondes.

Pour l'essentiel, l'ampleur de l'impact économique dépend directement du montant des investissements consentis pour la construction d'un dépôt en couches géologiques profondes. Plus la construction, le génie civil, les travaux publics et l'industrie métallurgique sont des branches fortement présentes dans une région, plus la construction d'un dépôt y aura des retombées en terme de création de valeurs, d'emplois et, partant, de recettes fiscales.

Tourisme et agriculture: régions sensibles

Par contre, dans les régions où les branches "sensibles" (tourisme et agriculture) sont proportionnellement importantes, un dépôt en couches géologiques profondes aura potentiellement des effets plus négatifs.

Du point de vue environnemental, l'impact des dépôts est le plus fort, quand il est mis en lien avec la consommation de surfaces, les surfaces d'assolement, les débris d'excavation et les corridors pour la faune. Les conditions de raccordement des sites de surface aux réseaux ferroviaire et routier jouent également un rôle.

Enfin, l'évaluation d'un site est d'autant plus négative que la densité d'urbanisation est élevée, si une forte croissance de l'urbanisation est prévue et que l'installation de surface est visible. A l'inverse, l'évaluation est meilleure lorsque les alentours du site sont déjà industriels, artisanaux et commerciaux.

Fondation suisse de l'énergie sévère

La Fondation suisse de l'énergie est assez sévère avec ces études. Elle les considère comme "inutiles" et "contre-productives". Selon elle, le problème des déchets nucléaires ne se joue pas en surface, mais "réside dans la capacité de stocker des déchets nucléaires hautement toxiques en toute sécurité pour des milliers d'années".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes