Près de 30 plaintes outre-Sarine après un reportage sur le Gripen

Après la diffusion mercredi sur la télévision alémanique SRF d'un reportage critique sur l'avion suédois, 27 plaintes ont été envoyées au médiateur de la SSR pour la Suisse alémanique, Achille Casanova. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a également vivement réagi.

Vingt-sept réclamations - envoyées par e-mail - étaient comptabilisées vendredi soir. Un record, a déclaré à l'ats Achille Casanova, l'ex-porte-parole du Conseil fédéral confirmait ainsi une information du site du quotidien alémanique "Neue Luzerner Zeitung".

Au moins 21 des 27 plaintes sont dirigées contre l'émission. Les mécontents l'ont qualifiée de propagande anti-Gripen. Ils critiquent notamment les parallèles que le reportage a fait entre la Suisse et l'Autriche, ainsi qu'avec la République tchèque et la Hongrie. Selon eux, la présentation était mauvaise et agressive. Les experts invités n'étaient pas les bons.

Seuls trois plaignants sont d'un tout autre avis. Ils adressent des louanges à l'émission de la télévision publique alémanique: "Qui a bien pu arranger l'envoi de ces (plus de 20) réclamations?", écrit ainsi l'un d'entre eux à Achille Casanova.

Traitement "tendencieux"

Une minorité regrette que seul le ministre de la Défense Ueli Maurer et non pas également un opposant au Gripen ait été invité mercredi soir à l'émission "Rundschau" qui a diffusé le reportage controversé.

Ueli Maurer était lui très remonté mercredi soir après la diffusion du sujet. Le conseiller fédéral a dénoncé un traitement "tendancieux pour une télévision qui vit de l'argent public". Et l'UDC zurichois de conclure: c'est une "faible" prestation journalistique.

SRF se défend

SRF rejette les reproches selon lesquels son émission était unilatérale. Le reportage et l'interview sont toujours à considérer comme une unité; cela fait partie du concept de "Rundschau", a déclaré à l'ats le rédacteur en chef de la télévision SRF Tristan Brenn.

Selon lui, Ueli Maurer avait tout loisir, dans une interview de neuf minutes, de contredire les critiques exprimées contre le Gripen durant le reportage qui a précédé.

F/A-18 "suffisants"

Le reportage a surtout mis l'accent sur l'Autriche, un pays qui présente de nombreuses similitudes avec la Suisse. Ce pays voisin compte une quinzaine de jets de combat et n'est pas membre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN)", a expliqué "Rundschau".

Un expert allemand interrogé jugeait ainsi que les 32 F/A-18 Hornet que détient actuellement la Suisse sont suffisants pour assurer la sécurité aérienne.

Le peuple vote le 18 mai sur l'objet. Il décidera si la Confédération doit acquérir les 22 appareils pour 3,1 milliards de francs. Pour l'heure, les Suisses se montrent peu convaincus. S'ils avaient déjà pu voter, l'achat de l'avion de combat suédois aurait été refusé par 52% des électeurs contre 42% et 6% d'indécis, selon le 1er sondage de la SSR publié il y a une semaine.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus