Drame du lac de Bienne: la défense plaide l'acquittement du pilote

La défense a réclamé l'acquittement de l'homme accusé d'avoir heurté un canot pneumatique avec son bateau il y a trois ans sur le lac de Bienne. Pour elle, aucun élément ne permet de conclure à la culpabilité du septuagénaire. Le Ministère public, lui, a requis douze mois de prison avec sursis.

Dans sa longue plaidoirie, l'avocat s'est employé à remettre en cause les conclusions des diverses expertises qui laissent selon lui de nombreuses questions sans réponses. Surtout, la défense a souligné qu'aucune trace d'ADN de la victime n'avait été retrouvée sur l'hélice du bateau.

L'avocat, qui s'est parfois montré très procédurier, a estimé que des erreurs et des préjugés à l'égard de son client ont jalonné l'instruction pénale.

Désaccord sur les témoignages

Pour la défense, aucun élément tangible ne vient donc accréditer la thèse de la culpabilité du septuagénaire. Les éléments osseux qui auraient été décelés sur la vis ne sont pas concluants et les analyses scientifiques auraient été bâclées. Elle a également remis en cause la reconstitution de l'accident survenu en juillet 2010.

Les témoignages portant sur la description du pilote ne permettent pas non plus d'identifier explicitement l'accusé. Fort de tous ces éléments, l'avocat a demandé l'acquittement et des indemnités à l'égard de son client et les frais de procédure à la charge de l'Etat.

La procureure du Tribunal régional Jura bernois-Seeland avait auparavant estimé que les récits des témoins "sont crédibles". Elle a requis douze mois de prison avec sursis pendant deux ans contre le septuagénaire, qui doit répondre d'homicide par négligence.

Coup de théâtre

Le procès a débuté par un coup de théâtre. L'accusé n'a voulu faire aucune déclaration, ni sur sa situation personnelle ni sur le déroulement des faits. Son audition devant la juge unique aura duré deux minutes.

Lors de son entrée dans la salle du tribunal, le septuagénaire n'a pas regardé les nombreux journalistes. Cet homme doit répondre d'homicide par négligence pour avoir heurté avec son bateau à moteur un canot pneumatique, entraînant la mort d'une jeune femme de 24 ans.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes