Droit d'initiative remis en question pour les grands partis

L'ancienne chancelière de la Confédération Annemarie Huber-Hotz propose d'interdire aux grands partis qui ont un groupe parlementaire de lancer des initiatives populaires. Le droit d'initiative n'a pas été créé pour eux, mais pour les minorités non représentées au Parlement et au gouvernement.

"Ce qui se passe actuellement ne correspond pas à l'esprit initial des initiatives populaires", dit Annemarie Huber-Hotz dans une interview à la "Zentralschweiz am Sonntag".

La "surutilisation des droits populaires" la rend songeuse: "L'initiative n'a pas été créée pour mener des campagnes électorales ni pour permettre à des partis qui sont représentés au gouvernement ou qui forment des groupes parlementaires aux Chambres de se profiler".

La radicale, qui a été chancelière de la Confédération de 2000 à 2007, estime que l'on devrait interdire aux grands partis de lancer des initiatives. En revanche, elle est contre l'idée de relever le nombre de signatures nécessaires pour faire aboutir une initiative.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes