Election du Conseil fédéral par le peuple, oui sur l'asile

Le peuple n'élira pas le Conseil fédéral. L'initiative populaire de l'UDC a été rejetée par la majorité des cantons. Elle devrait être balayée par 76% des votants selon les projections de la SSR. Les mesures urgentes dans le droit d'asile devraient passer la rampe par 79% des voix.

Les résultats définitifs tombés dans 22 cantons (dont tous les cantons romands) confirment largement ces tendances. L'initiative populaire de l'UDC est rejetée par trois quarts des votants (76,29%), alors que la révision de la loi sur l'asile en vigueur depuis septembre est confirmée par 78,27% des voix.

Pour la révision de la loi sur l'asile, les scores vont de 61,3% des voix à Genève à 86,8% (Appenzell Rhode-Intérieure). Sur l'élection du Conseil fédéral par le peuple, le rejet va de 67,8% (Tessin) à 82% (Jura).

Désengorger le système

La révision de la loi sur l'asile, en vigueur depuis septembre, est censée désengorger le système. La désertion ou le refus de servir ne sont plus reconnus comme motifs d'asile. Comme dans les autres pays européens, il n'est plus possible de déposer une requête dans une ambassade helvétique.

Le projet autorise la Confédération à créer des centres pour les requérants récalcitrants ou à se passer d'un aval des autorités locales pour héberger dans ses bâtiments des demandeurs d'asile durant trois ans.

En échange, les cantons reçoivent de l'argent pour leurs frais de sécurité et les programmes d'occupation des requérants. En outre, le Conseil fédéral peut s'écarter du droit en vigueur pour tester de nouvelles procédures.

Initiative UDC

L'autre objet, qui vise à instaurer l'"élection du Conseil fédéral par le peuple", veut dessaisir l'Assemblée fédérale de la désignation des ministres. Le scrutin populaire aurait lieu au système majoritaire à deux tours, avec une clause assurant la présence d'au moins deux Latins parmi les conseillers fédéraux élus.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes