Enquête administrative: la nomination de Bernard Ziegler contestée

A Genève, la nomination de l'ancien conseiller d'Etat Bernard Ziegler pour mener l'enquête administrative ouverte après l'assassinat d'Adeline est contestée. Le MCG et l'UDC demandent la récusation de l'ex-ministre socialiste qui dirigeait le département de justice et police lors de la création de "La Pâquerette" en 1986.

"Il ne dispose pas de l'objectivité nécessaire pour établir les faits", indique lundi le Mouvement citoyens genevois (MCG) dans un communiqué. L'UDC souligne de son côté que Bernard Ziegler avait refusé à l'époque le suivi de cette unité sociothérapeutique installée à Champ-Dollon.

Les deux partis demandent au Conseil d'Etat de nommer à la place une personnalité neutre, "libre de toute influence" pour le MCG, et "extérieure au canton" pour l'UDC. L'UDC a envoyé lundi une lettre en ce sens au Conseil d'Etat. Ce dernier avait annoncé vendredi l'ouverture de l'enquête administrative.

Les autorités vaudoises avaient confié l'enquête administrative après le meurtre de Marie à l'ex-procureur soleurois Felix Bänziger. A Neuchâtel, c'est l'ancien juge fédéral Claude Rouiller qui avait mené les investigations suite à l'évasion d'un dangereux fugitif. Les autorités argoviennes avaient mandaté un expert zurichois suite au meurtre de Lucie par un récidiviste.

Fabrice A., l'assassin présumé d'Adeline, était pris en charge à "La Pâquerette" depuis huit mois lorsqu'il s'est évadé lors d'une sortie. Ce violeur récidiviste purgeait une peine cumulée de 20 ans de prison pour viol. Il aurait pu bénéficier d'une liberté conditionnelle au début 2015.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes