Franz Weber ne s'engagera pas pour l'initiative d'Ecopop

Franz Weber ne s'engagera pas en faveur de l'initiative d'Ecopop. Approché par les initiants, l'écologiste a refusé d'entrer dans le comité de soutien ou de participer activement à la campagne. "Ce n'est pas mon affaire", a-t-il laconiquement commenté, interrogé par l'ats.

Sa fille, Vera Weber, ne s'impliquera pas non plus. "Par manque de temps", a-t-elle expliqué à l'ats, confirmant une information parue samedi dans les quotidiens alémaniques "Der Bund" et "Tages-Anzeiger". "Nous devons nous concentrer sur nos propres initiatives, celle sur les résidences secondaires, qui doit être appliquée, et celle pour Lavaux, déposée dans le canton de Vaud".

Il y a une année, Franz Weber avait surpris en annonçant son soutien à l'initiative de l'association environnement et population (Ecopop). Intitulée "Halte à la surpopulation - Oui à la préservation durable des ressources naturelles", elle vise à limiter la hausse de la population résidente permanente due aux migrations à 0,2% par an.

Le texte exige parallèlement qu'au moins 10% des moyens de la coopération suisse au développement soient affectés à la planification familiale volontaire.

Rien contre les étrangers

Franz Weber avait toutefois relativisé son appui à l'initiative, rappelant qu'il soutient tout ce qui concerne la lutte contre le bétonnage complet de la Suisse. Freiner la surpopulation est un moyen d'y arriver, avait-il dit, en soulignant qu'il n'avait jamais de sa vie été contre les étrangers.

Depuis plus de trente ans, l'écologiste a soumis une douzaine de textes au peuple suisse. En mars 2012, son initiative visant à limiter les résidences secondaires était la première à avoir trouvé grâce aux yeux du souverain au niveau fédéral.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes