Hiver doux: les oiseaux d'eau sont restés au nord

D'ordinaire, un demi-million d'oiseaux d'eau venus du nord de l'Europe passent l'hiver sur les lacs et rivières suisses. Cette année toutefois, compte tenu des températures clémentes, bon nombre d'entre eux n'ont pas fait le déplacement.

De même, certaines espèces indigènes qui migrent normalement vers l'Espagne ou plus au sud sont restées en Suisse, selon les constatations provisoires du recensement de la Station ornithologique suisse.

"On peut presque parler d'un déplacement des oiseaux d'eau vers le nord", a indiqué à l'ats Michael Schaad, de la station ornithologique. Le froid n'est pas un problème pour eux, ce n'est que lorsque le gel et la neige les privent de leurs sources de nourriture qu'ils se déplacent.

Peu de goélands

Le petit nombre de garrots à oeil d'or est particulièrement frappant, a ajouté le spécialiste. D'ordinaire, 10'000 de ces canards arctiques hivernent en Suisse. Cette année, ils n'étaient pas plus de 1000. Avec un millier d'individus, les goélands cendrés sont également cinq fois moins nombreux que la moyenne des cinquante dernières années.

Quelque 100'000 fuligules morillons ont été recensés, soit environ un tiers de moins que d'ordinaire. D'autres espèces de canards plongeurs, comme la macreuse brune, l'eider à duvet, l'harelde kakawi ou le harle piette font entièrement défaut.

Restés au nord

A l'inverse, avec 30'000 individus, la nette rousse, un canard asiatique, est plus nombreuse que ces cinquante dernières années et bat le record de 2010 (28'803). Le grèbe huppé est également un tiers au-dessus de la moyenne avec 40'000 individus.

Selon M. Schaad, ce décalage vers le nord des oiseaux d'eau est une tendance observée depuis une trentaine d'années qui va de pair avec une hausse des températures de près de quatre degrés au début de l'hiver. Cela pose de nouveaux problèmes et pourrait notamment imposer une redéfinition des zones protégées au niveau européen.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes