Hôpitaux: concentration à Brigue dans le Haut-Valais

A l'horizon 2020-2030, le Haut-Valais comptera un seul hôpital, à Brigue. Dans le Valais romand, l'hôpital de Sion concentrera les activités opératoires, de médecine spécialisée et hautement spécialisée. Sierre et Martigny conserveront la médecine de base de proximité et la gériatrie.

L'hôpital de Brigue a été préféré à celui de Viège. L'établissement offre les meilleures possibilités, notamment du point de vue de l'espace disponible, de la faisabilité, de la desserte, de l'accessibilité et des coûts, ont indiqué le gouvernement valaisan et l'Hôpital du Valais mercredi à Sion.

Pour prendre sa décision, l'hôpital du Valais a mandaté trois bureaux d'experts spécialisés dans la planification des structures hospitalières et des transports. Sur la base de leurs conclusions, il a proposé au Conseil d'Etat d'opter pour une concentration à Brigue.

L'établissement regroupera les soins aigus, la réadaptation et la gériatrie. Un groupe de travail sera chargé de faire des propositions au Conseil d'Etat quant à l'avenir des infrastructures du site de Viège.

Urgences à Brigue, Sion et Martigny

Dans le Valais romand, l'hôpital de Sion regroupera toutes les opérations chirurgicales. Il assurera également la médecine de base ainsi que la médecine spécialisée et hautement spécialisée.

La gériatrie et la médecine de base qui ne nécessite ni salles d'opération ni infrastructures extrêmement pointues seront maintenues à Sierre et à Martigny. L'hôpital de Martigny hérite aussi des suites de traitement après une opération en orthopédie-traumatologie effectuée à Sion.

A Sierre, la clinique Ste-Claire, trop vétuste, sera abandonnée et ses activités transférées à l'hôpital de la ville. La reconversion de la clinique est actuellement en discussion.

Quant aux urgences, elles seront maintenues à Brigue, Sion et Martigny. A Sierre, où elles avaient déjà été supprimées la nuit, elles seront définitivement abandonnées au profit d'une polyclinique de jour, avec des consultations ambulatoires sur ou sans rendez-vous, en collaboration avec des médecins de la région.

Stabilité des emplois

La nouvelle répartition hospitalière sera échelonnée entre 2020 et 2030. En matière d'emplois, elle entraînera de nombreux transferts mais pas de licenciements, a indiqué l'Hôpital du Valais.

Le coût de ce nouveau déploiement hospitalier ne devrait pas dépasser les 400 millions de francs, soit la capacité d'investissement estimé de l'Hôpital du Valais.

La répartition prévue est de quelque 300 millions de francs pour le Centre hospitalier du Valais romand (dont 225 millions pour le site de Sion) et de 100 millions de francs environ pour le centre hospitalier du Haut-Valais.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes