Illettrisme: davantage de moyens exigés

La Suisse compte près de 800'000 personnes qui ont de la peine à lire et comprendre un texte simple. La plupart n'entreprennent pourtant rien pour surmonter cette faiblesse. La Fédération suisse pour la formation continue (FSEA) entend y remédier et réclame 30 millions de francs par an de la Confédération au lieu des 2 millions actuels.

Il faut une campagne de sensibilisation nationale et des cours dans toutes les régions, écrit la FSEA vendredi. Les entreprises doivent bénéficier d'un soutien financier particulier pour des mesures d'encouragement.

Le but est de doubler le nombre d'adultes qui fréquentent un cours pour mieux écrire et lire. Aujourd'hui, ils sont 3000 par an à faire le pas.

Dans son communiqué, la FSEA renvoie à la nouvelle loi sur la formation continue, qui entre en vigueur en 2017. Cette loi posera la base légale pour renforcer l'encouragement. La Confédération doit cependant créer les conditions-cadre dans l'ordonnance ad hoc afin d'atteindre davantage les adultes manquant de compétences de base.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes