L'EPFL et l'EPFZ accueilleront le Parc suisse d'innovation

Les Ecoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich accueilleront les deux centres principaux du futur Parc suisse d'innovation. Plusieurs sites régionaux les compléteront, a décidé jeudi la Conférence des chefs des départements cantonaux de l'économie publique (CDEP).

Les deux hautes écoles assureront le rôle de clé de voûte de la structure, légitimées par leurs qualités reconnues mondialement, a expliqué la CDEP dans un communiqué. Les autres universités, hautes écoles et instituts de recherche privés et publics présentant d'excellentes compétences seront intégrés au projet et se concentreront eux sur des domaines spécialisés.

Un processus de sélection doit à présent permettre de désigner ces antennes régionales. La mise au concours devrait être lancée en novembre prochain. Le concept définitif de construction serait transmis en juin 2014 au Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Peut-être en 2015

L'association Parc suisse d'innovation espère que les travaux concrets de mise en oeuvre commenceront en 2015. Si tout se déroule comme prévu, la phase de préparation s'achèvera dans deux ans et la réalisation débutera dans la foulée sur les différents sites.

Outre Lausanne et Zurich, plusieurs villes ont manifesté leur intérêt d'accueillir une antenne. C'est le cas notamment de Bienne, qui se présente comme fief de l'industrie horlogère et du secteur des machines de précision.

Débats animés

La question du choix des sites avait provoqué dès le début des débats animés. Une étude de faisabilité avait désigné en 2007 l'ancien aéroport militaire de Dübendorf (ZH) comme site idéal en vue d'y installer un parc d'innovation d'ampleur internationale. D'autres cantons avaient protesté et demandé que ce complexe voit le jour sur différents lieux.

Des interventions politiques avaient lancé en 2006 et 2007 l'idée d'un parc suisse d'innovation. La nouvelle loi sur l'encouragement de la recherche et de l'innovation, votée en décembre 2012 par le Parlement, a fourni la base du projet s'appuyant sur plusieurs sites régionaux.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes