L'ex-chef de la police guatémaltèque sera jugé pour assassinats

L'ancien chef de la police guatémaltèque Erwin Sperisen sera jugé devant le Tribunal criminel de Genève. Au terme de seize mois d'instruction, le Ministère public a retenu assez d'éléments pour l'accuser d'avoir planifié, ordonné ou commis l'assassinat de dix détenus au Guatemala.

Double national suisse et guatémaltèque, Erwin Sperisen a été arrêté à Genève en août 2012 sur instruction du Ministère public, indique ce dernier vendredi dans un communiqué. Depuis son arrestation, il a été entendu à onze reprises et a toujours contesté les faits qui lui sont reprochés.

Après 20 audiences de 14 témoins venus de France, du Guatemala et d'Espagne ainsi que quatre commissions rogatoires internationales adressées en Autriche, en Espagne et au Guatemala, le Ministère public a décidé de saisir le Tribunal criminel. Le procureur va donc requérir une peine de prison de plus de dix ans.

Exécutions par armes à feu

Les faits reprochés à Erwin Sperisen remontent à la période entre juillet 2004 et mars 2007 alors qu'il était à la tête de la police nationale civile. Il est accusé d'avoir ordonné l'exécution par des tirs d'armes à feu de sept détenus dans le cadre de la reprise de contrôle d'une prison par les services de sécurité le 25 septembre 2006.

De par son rang hiérarchique, il aurait participé de manière décisive à ces exécutions extrajudiciaires, relève le Ministère public. Dans un cas, il aurait agi lui-même. Afin de dissimuler ces exécutions, les membres des forces de l'ordre auraient ensuite altéré les scènes de crimes pour simuler un affrontement entre policiers et prisonniers.

En novembre 2005, Erwin Sperisen aurait donné l'instruction de tuer par arme à feu un prisonnier évadé. La scène de crime aurait ensuite été remaniée pour faire croire à un échange de tirs entre les policiers et le prisonnier, selon le Ministère public. Le même scénario se serait reproduit en décembre de la même avec deux autres détenus évadés.

/ATS


Actualisé le