L'hymne national ne sera pas imposé aux élèves neuchâtelois

Les élèves neuchâtelois ne seront finalement pas obligés d'apprendre les hymnes national et neuchâtelois. Le Grand Conseil préfère encourager leur enseignement plutôt que de le rendre obligatoire.

Il a ainsi voté une version amendée de la motion UDC. Par 57 oui contre 54 non et 4 abstentions, le législatif a accepté le texte avec la modification apportée par le groupe Vert'libéral. Le Conseil d'Etat était favorable à cette solution.

Nombre de citoyens ne connaissent pas l'hymne national, encore moins l'hymne neuchâtelois. Certains en maîtrisent seulement quelques lignes, d'autres uniquement la mélodie, et invoquent, "souvent avec regret", le fait de ne pas avoir appris à l'école ces cantiques "indispensables à la cohésion cantonale et nationale" et utiles pour "l'intégration", argumentaient les motionnaires.

Argovie et Tessin

L'idée de faire découvrir ces chants aux élèves a suscité de l'intérêt, sauf au sein du groupe PopVertSol qui la jugeait "anachronique". Ces chants sont déjà enseignés dans de nombreuses classes, a fait valoir le PS, estimant plus judicieux de se concentrer sur l'éducation civique. Le PLR, divisé, était gêné par la notion d'obligation attachée à la motion.

Le Grand Conseil argovien a adopté en 2008 un postulat demandant l'enseignement de l'hymne national lors des leçons de musique, et le législatif tessinois a rendu en 2013 son apprentissage obligatoire à l'école primaire.

160 millions à économiser

Par ailleurs, le canton de Neuchâtel devra se serrer encore davantage la ceinture. Le Grand Conseil a voté une motion de l'UDC, amendée par le PLR, obligeant le Conseil d'Etat à économiser 160 millions de francs à partir de 2016.

La gauche s'est opposée en vain à cette décision. Le Conseil d'Etat y était également défavorable, lui reprochant son manque de flexibilité.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus