L'opposition syrienne a présenté un plan pour la transition

L'opposition syrienne a présenté à Genève un plan détaillé sur la transition politique. Le document propose la constitution d'un gouvernement de transition chargé de superviser un cessez-le-feu.

"Nous avons présenté à Lakhdar Brahimi un document exposant les différentes étapes et les principes d'une transition politique rapide", a affirmé à l'issue de la réunion plénière de mercredi le porte-parole des opposants Louai Safi.

Le document en 22 points propose la constitution d'un gouvernement de transition chargé de superviser un cessez-le-feu en présence d'observateurs de l'ONU. Le sort du président Bachar al-Assad n'est pas mentionné, pour bien montrer qu'il n'aura plus aucun rôle à jouer.

Le plan appelle toutes les parties à "coopérer avec l'instance transitoire de gouvernement pour mettre fin à la violence, grâce notamment au retrait total des troupes, à la neutralisation des armes des différents groupes et à la démobilisation des combattants ou leur intégration dans l'armée ou la fonction publique".

Le plan prévoit aussi la libération des prisonniers, l'accès à l'aide humanitaire, un processus pour instaurer une justice de transition et le départ de tous les combattants étrangers, d'un bord comme de l'autre. L'autorité de transition devra organiser l'élection d'une assemblée constituante chargée d'élaborer une nouvelle Constitution soumise à référendum.

Pas de proposition de Damas

Interrogé sur la réponse du gouvernement, Louai Safi, a indiqué que les représentants de Damas n'ont fait aucune proposition de leur côté sur une transition politique lors de la réunion.

Interrogé par la suite, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad a affirmé que le gouvernement est d'accord de discuter de la proposition des opposants d'expulser les combattants étrangers du pays.

Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi doit rencontrer jeudi après-midi, dès 15h00 à Genève, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov et la secrétaire d'Etat américaine adjointe Wendy Sherman pour tenter de sortir les discussions de l'impasse.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus