La Confédération enquête sur la fille du président d'Ouzbékistan

Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête sur Gulnara Karimova. La plus âgée des filles du président d'Ouzbékistan est soupçonnée de blanchiment d'argent. La procédure pénale, ouverte en juillet 2012 contre quatre membres de son entourage, la vise depuis l'automne dernier.

Les actes présumés illicites se sont produits sur le marché des télécommunications en Ouzbékistan, écrit le MPC. Ils sont considérés comme des infractions initiales au blanchiment d'argent.

Le MPC enquête en raison de la présence de valeurs patrimoniales en Suisse. Il a déjà gelé plus de 800 millions de francs. Le Ministère public tente de déterminer l'origine de ces biens.

Gulnara Karimova avait bénéficié de l'immunité diplomatique jusqu'en juillet 2013. Elle occupait la fonction de cheffe de la représentation permanente d'Ouzbékistan auprès des Nations Unies à Genève.

Immunité diplomatique

L'Ouzbékistan avait invoqué l'immunité diplomatique pour protéger la fille de son président contre la procédure du MPC. Mais le Tribunal fédéral l'a déboutée en janvier dernier.

Les enquêteurs de la Confédération ont adressé des demandes d'entraide judiciaire à plusieurs Etats depuis juillet 2012. La justice française a notamment ouvert une procédure en février 2013 pour blanchiment en bande organisée et corruption d'agent étranger.

/ATS


Actualisé le