La Suisse compte 100'000 habitants de plus, soit 8,14 millions

La Suisse comptait 8'139’600 habitants à la fin de l'année dernière. La population résidante permanente a augmenté de 100'600 personnes par rapport à 2012. Cette hausse est avant tout liée à l'immigration, selon les chiffres publiés lundi par l'Office fédéral de la statistique.

La population résidente permanente englobe les Suisses et les étrangers titulaires d’un permis de séjour d'au moins douze mois ou habitant en Suisse depuis au moins un an.

Le nombre des personnes ayant rejoint la Suisse en 2013 s'est élevé à 193'300 (+10,5%), dont 26'100 ressortissants helvétiques (+8,5%) et 167’200 étrangers (+10,8%). Trois quarts des immigrants étrangers sont européens. D'abord viennent les Allemands (26'400), puis les Portugais (20’000), les Italiens (17’700), les Français (13’600) et les Espagnols (9100).

L'émigration est aussi en hausse (+2,2%, à 106'200 personnes). Mais si elle diminue chez les Suisses (-5,1%), elle augmente chez les étrangers (+5,2%). Les ressortissants helvétiques sont surtout allés s'établir en France (13,8%), en Allemagne (9,1%) et aux Etats-Unis (6,9%). De leur côté, 15'900 Allemands ont quitté la Suisse, suivis de 7300 Français, 6200 Italiens, 5600 Portugais et 3700 Britanniques.

23,8% d'étrangers

Résultat de ces entrées et sorties du territoire, le solde migratoire est positif pour les étrangers (89’500 personnes) mais négatif pour les Suisses (-2400 individus). La population de nationalité helvétique s’élève à 6'202'200. Si elle a augmenté de 33’100 personnes, c'est avant tout grâce aux 34'100 naturalisations.

Les étrangers séjournant de manière permanente en Suisse étaient 1'937’400, soit une proportion de 23,8%. La majorité sont installés de longue date. Près de 20% sont nés en Suisse et appartiennent à la deuxième ou troisième génération d'étrangers. Parmi ceux nés hors des frontières , près de la moitié vit depuis au moins dix ans en Suisse.

Tous les cantons ont vu leur population résidante permanente augmenter. Huit cantons affichent une hausse supérieure à la moyenne nationale: Fribourg (+2,1%), Vaud (+2,0%), Valais et Thurgovie (+1,6%), Argovie, Tessin et Genève (+1,4% chacun) et Zoug (+1,3%). Les croissances les plus faibles ont été enregistrées dans les Grisons, à Uri, Appenzell Rhodes-Extérieures (+0,5%) ainsi qu'Appenzell Rhodes-Intérieures (+0,4%).

Les raisons de la hausse diffèrent fortement d'un endroit à l'autre. La population d'Appenzell Rhodes-Intérieures augmente surtout grâce à l’accroissement naturel. Dans la moitié des cantons, les nouveaux venus viennent d'un autre canton. A Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Appenzell Rhodes-Extérieures, Uri et Tessin, la progression de la population est uniquement due au solde migratoire positif.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes