La Suisse et la Corée du Sud veulent miser sur l'innovation

Le président de la Confédération Didier Burkhalter a accueilli son homologue sud-coréenne Park Geun-hye à Berne. Avec cette visite, "le pays le plus innovant d'Europe rencontre le pays le plus innovant d'Asie", a-t-il lancé.

Cette première visite d'Etat sud-coréenne en 50 ans de relations diplomatiques vise à renforcer la coopération économique et scientifique. Pour M. Burkhalter, le potentiel des échanges commerciaux entre les deux pays est "loin d'avoir été épuisé".

Voyant dans la République de Corée l'une des économies les plus dynamiques d'Asie et un "leader mondial en matière d'innovation", le chef du Département des affaires étrangères (DFAE) a fait valoir dans son discours qu'il s'agissait là d'un "partenaire tout naturel pour la Suisse".

Ayant été reçue, comme le veut la tradition, avec les honneurs militaires, Mme Park a souligné dans son allocution les points communs entre la Corée du Sud et la Suisse: une forte industrialisation malgré des ressources naturelles limitées et une certaine puissance sur la scène internationale en dépit d'une taille modeste.

"Impulsion importante"

Persuadée que sa visite donnera "une impulsion importante" à la coopération bilatérale, la présidente sud-coréenne a cité plusieurs domaines dans lesquels il s'agit désormais d'investir: commerce, sciences, recherche, formation, industrie pharmaceutique et tourisme.

Les délégations des deux pays devaient ensuite se réunir au Bernerhof pour des entretiens officiels. Plusieurs accords bilatéraux devaient ensuite être signés. Dans la soirée, le Conseil fédéral donne un dîner de gala en l'honneur de son hôte.

Mardi, M. Burkhalter accompagnera Park Geun-hye à l'école professionnelle et industrielle artisanale de Berne, où il doit lui présenter le système dual de formation professionnelle appliqué en Suisse. Cette visite s'achèvera à l'issue de cette présentation.

/ATS


Actualisé le