Coupe Davis: une foule en liesse pour accueillir les champions

Une énorme foule a accueilli lundi après-midi à Ouchy l'équipe de Suisse victorieuse la veille de la Coupe Davis. Les quelque 10'000 personnes, tous âges confondus, ont acclamé les champions émus et décontractés. "Ce sont les 24 heures les plus folles de ma carrière", a lancé Roger Federer.

A 15h00, le métro lausannois à destination d'Ouchy était déjà bondé. Avec un public qui ne pouvait n'avoir qu'un but: participer sur la place de la Navigation à la fête en l'honneur des vainqueurs dimanche de la Coupe Davis à Lille (F).

Après avoir atterri vers 14h15 à Genève, l'équipe de Suisse a pris un car pour rallier Lausanne et les bords du lac. Une estrade, un écran géant avaient été installés au pied levé, accompagnés de stands de boissons et même à fondue, dont des amateurs n'ont pas tardé à profiter.

Public multiple et heureux

De tous les âges, des bébés jusqu'aux grands-parents, de toutes les couleurs de peau, les fans avaient pour certains sorti drapeaux, costumes, cloches et klaxons. Au fil des minutes, l'ambiance s'est réchauffée.

"On est venu de Leysin", précise Denise, costumée avec ses copines. "On a adoré regarder ces matches, il fallait se déplacer pour tous les deux, Roger et Stan", ajoute-t-elle, ravie par ce soleil de novembre qui donne encore des couleurs à l'événement.

A 16h20, émotions et clameurs: le bus arrive, l'équipe débarque et gagne rapidement l'estrade après avoir été saluée par le président du gouvernement vaudois Pierre-Yves Maillard et le président du CIO Thomas Bach. Le capitaine Severin Lüthi porte le fameux saladier d'argent, suivi par les joueurs, Roger Federer, Stan Wawrinka, Marco Chiudinelli et Michael Lammer.

Champion aussi à l'applaudimètre, Roger Federer confie qu'il vient de vivre "les 24 heures les plus folles de sa carrière". "J'adore le tennis pro, je n'ai pas envie d'arrêter ma carrière. J'espère aussi bien jouer l'année prochaine", raconte le Bâlois. Longuement ovationné, Stan Wawrinka remercie le public pour toutes ses années de soutien. "Vous m'avez tellement apporté, mais vous m'avez aussi fait souffrir".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes