"Le Temps" beaucoup trop cher pour l'"Agefi"

L'"Agefi" ne reprendra pas le quotidien "Le Temps". Les parties n'ont pas pu se mettre d'accord sur le prix d'acquisition. Le prix demandé par les groupes Ringier et Tamedia, actionnaires majoritaires du "Temps", n'est pas jugé "réaliste et raisonnable".

Les discussions sont dès lors stoppées, a indiqué jeudi soir l'Agefi dans un communiqué. Une première offre du journal économique a été refusée par les deux éditeurs propriétaires du "Temps", car elle était à leurs yeux trop basse.

Une douzaine d'acquéreurs

Une douzaine d'acquéreurs potentiels s'étaient manifestés pour racheter le quotidien romand, mis en vente début octobre par ses deux actionnaires majoritaires. Parmi les éventuels repreneurs figurent la société Medien VielFalt Holding de Christoph Blocher et Tito Tettamandi, et le patron de Hublot Jean-Claude Biver.

En revanche Ringier et Tamedia avaient très vite écarté une reprise par la direction du journal, car ils ont dit souhaiter un repreneur prêt "à assumer en son nom les risques financiers" découlant d'un tel rachat. Le groupe "Neue Zürcher Zeitung", qui avait dans un premier temps manifesté son intérêt, n'a finalement pas déposé d'offre.

En pleine réorganisation

Tamedia est en pleine réorganisation du groupe en Suisse romande. En mars dernier, le groupe a annoncé qu'il désirait effectuer des coupes de 18 millions de francs dans certains de ses titres romands. "Le Temps" a ensuite été mis en vente au plus offrant par Tamedia et Ringier qui possèdent chacun 46,2% du titre.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes