Le chef d'Ecopop dénonce l'hypocrisie de l'UDC et de la gauche

Le président du comité de l'initiative Ecopop, Benno Büeler, dénonce l'attitude hypocrite de "plusieurs politiciens" dans la campagne pour le scrutin du 30 novembre. Il relève qu'ils font part de préoccupations similaires à celles du texte, mais qu'ils le rejettent.

En 2001, le groupe UDC avait presque adopté une motion, qui appelait à la réduction de l'immigration avec "un libellé quasi identique", rappelle Benno Büeler dans une interview diffusée dimanche dans la "SonntagsZeitung" et "Schweiz am Sonntag". L'initiative d'Ecopop veut limiter l'augmentation de la population suisse de 0,2% sur une moyenne de trois ans.

Il estime que l'UDC n'est pas intéressée à trouver une solution à l'immigration, car elle préfère pouvoir "remettre constamment le sujet sur la table", ce qui lui apporte de nouveaux suffrages. M. Büeler est cependant convaincu que les militants de base de l'UDC sont d'accord avec l'initiative Ecopop. Selon un sondage SSR publié vendredi, 64% d'entre eux la soutiennent.

Des sympathisants à gauche

Le texte est également accueilli favorablement par des sympathisants de gauche, affirme le président du comité d'initiative. "Il est clair que de très nombreux intervenants ne sont pas contre nous, comme ils le laissent entendre actuellement", poursuit-il.

Il relève que, comme le propose Ecopop, les conseillers nationaux écologistes Bastian Girod (ZH) et Yvonne Gilli (SG) ont soutenu dans le passé l'affectation d'une aide de 10% au développement de la planification familiale. Le manifeste du Gurten des socialistes, que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a signé, appelle à la "limitation de l'immigration", ajoute M. Büeler.

Selon un sondage réalisé par l'institut gfs.bern sur mandat de la SSR, et publié vendredi, 58% des citoyens refusent le texte de l'association Ecologie et population (Ecopop). Ceux qui y sont favorables (35% des sondés) sont notamment issus des rangs de l'UDC. Les électeurs des autres partis se prononcent largement contre le texte (entre 73 et 76%).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes