Les libéraux-radicaux lancent leur campagne pour 2015

A l'occasion de la "journée du PLR", les libéraux-radicaux ont lancé samedi à Zoug leur campagne pour les élections fédérales de 2015. Plus de 1000 membres et sympathisants ont adopté la stratégie intitulée "liberté, cohésion et innovation". Les deux conseillers fédéraux membres du parti étaient présents.

Avec sa stratégie, le PLR entend maintenir la Suisse au sommet de la hiérarchie mondiale, mais également continuer à la faire avancer, a déclaré le président du parti Philipp Müller. "Cela sans nous isoler tout en étant ouvert à de nouveaux développements et innovations".

"Les valeurs de liberté, de cohésion et d'innovation sont valables non seulement pour l'importante année électorale à venir, mais sont aussi les fondements de notre politique libérale-radicale moderne", a poursuivi M. Müller. Les trois thématiques centrales du parti, à savoir la création d'emplois, la réduction de la bureaucratie et le bien-être social, restent valables pour 2015.

Philipp Müller a appelé les plus de 1000 participants à se mobiliser pour la campagne électorale. "Les élections ne se gagnent pas dans un bureau, mais avec le coeur", a-t-il lancé. Il s'est montré confiant, estimant que le PLR avait appris à se battre pour ses idéaux.

"Feu libéral"

Accompagné des conseillers fédéraux Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann, M. Müller a ensuite allumé le "feu libéral" dans une vasque.

Dans son discours, le président de la Confédération Didier Burkhalter est revenu sur la valeur de liberté. "L'Etat est fait pour l'individu et non pas l'individu pour l'Etat. Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple est au service de la liberté individuelle et non l'inverse", a-t-il martelé, soulignant que la liberté et la paix n'ont pas de prix et qu'il faut lutter pour les préserver.

Besoin de cohésion

M. Schneider-Ammann a ensuite souligné le rôle central de la cohésion. "Plus les défis pour notre pays sont grands, plus nous avons besoin de cohésion. Mais dans un sens libéral-radical, à savoir l'engagement volontaire et sans contrainte étatique".

Son discours a été brièvement interrompu par les sifflets de jeunes socialistes. Le ministre radical a toutefois tenu à défendre une nouvelle fois la manière de procéder de son ancienne entreprise. "Mon entreprise et moi avons toujours été transparents", a-t-il souligné, assurant que tout avait été fait en conformité avec la loi.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes