Le forage géothermique suspendu à St-Gall après un séisme

Un forage géothermique à St-Gall a provoqué un séisme de magnitude 3,6 samedi à l'aube. Les travaux ont été provisoirement interrompus. Le tremblement de terre n'a pas fait de dégâts, mais il représente un sérieux revers pour le plus important projet de centrale géothermique en Suisse.

La secousse a été clairement provoquée par les travaux, a déclaré samedi Stefan Wiemer, directeur du service sismologique suisse. Depuis mercredi, une centaine de micro-secousses ont été enregistrées dans le périmètre du forage, qui a débuté en mars.

Dans la nuit de vendredi à samedi, elles ont augmenté en intensité. Vers 05h30, le service sismologique a enregistré à l'ouest de la ville de St-Gall un tremblement de terre d'une magnitude de 3,6, qui a été ressenti du lac de Constance jusque dans la région d'Appenzell. L'hypocentre, soit le point souterrain à l'origine du séisme, était situé à une profondeur de 4 kilomètres.

Autorités surprises

D'autres petites secousses sont à prévoir, selon Stefan Wiemer. Le service sismologique a installé des instruments de mesure dans la région. Leurs enregistrements doivent encore être analysés.

Le séisme a surpris les autorités, a indiqué le président de la ville de St-Gall Thomas Scheitlin. La situation est sous contrôle. Le forage, d'une profondeur de 4450 mètres, a été bouché. Une cellule de crise a été mise sur pied pour décider de l'avenir du projet.

Arrivée de gaz

La secousse pourrait avoir été provoquée par des injections d'eau visant à bloquer une forte arrivée de gaz dans le forage. Le gaz est apparu subitement vendredi durant des préparatifs en vue de tests, selon un ingénieur responsable du projet. Pour stabiliser la situation, 650 mètres cubes d'eau, notamment, ont été injectés dans le forage.

Le tremblement de terre est intervenu alors que le projet entrait dans une phase importante. Des essais de pompage à une profondeur de plus de 4000 mètres auraient dû montrer s'il était possible d'y trouver de l'eau à 140 degrés. Le but était de chauffer la moitié des immeubles de la ville et de produire de l'électricité.

En 2009, un projet de centrale géothermique à Bâle a été abandonné à cause du risque sismique. La technique utilisée à St-Gall est toutefois très différente.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus