Le gouvernement vaudois exprime sa sympathie à la famille de Marie

Le gouvernement vaudois exprime "sa sympathie" à la famille et aux proches de Marie assassinée par son ravisseur. Le président du Conseil d'Etat Pierre-Yves Maillard a prononcé mardi une déclaration solennelle devant le Grand Conseil.Dans son intervention en ouverture de séance, le conseiller d'Etat a souligné que face à "l'indicible" et à "l'horreur", "nous voulons dire ici notre émotion partagée et notre soutien". Certains trouvent dans l'épreuve la force de "croire encore au bien et d'aimer la vie malgré tout". "Nous souhaitons aux parents et aux proches de Marie de trouver ces forces", a déclaré Pierre-Yves Maillard.Quant aux responsabilités, le conseiller d'Etat a tenu à préciser certains éléments. "C'est un criminel qui a agi. (...) La responsabilité première appartient à ce criminel"."La recherche de responsabilités a une limite", a relevé le président. "A force d'attribuer des responsabilités à tant d'acteurs divers, on finit par n'en attribuer à personne. Et l'auteur du crime lui-même finit par disparaître".Résultats de l'enquête pour fin juinConcernant d'autres implications, "il appartient d'abord aux autorités judiciaires d'analyser les faits et la genèse d'une décision relevant de sa compétence", en allusion à l'effet suspensif accordé au criminel. Le Tribunal cantonal a pris la mesure de la situation et a ordonné une enquête dont les résultats sont attendus d'ici fin juin, a relevé Pierre-Yves Maillard.Le président de la Commission de haute surveillance du Tribunal cantonal, le député Jacques-André Haury a pris ensuite la parole. "A ce stade, la Commission de haute surveillance du Tribunal cantonal considère que le Tribunal cantonal a réagi de manière adéquate et que le Grand Conseil doit lui conserver sa confiance", a-t-il affirmé en référence à l'enquête confiée au procureur général du canton de Soleure, Félix Bänziger. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes