Le président de la Douma affirme que la Suisse a subi des pressions

Le président de la Douma Sergueï Narychkine se rend vendredi à Genève pour participer à l'Assemblée parlementaire de l'OSCE. Il a affirmé jeudi que la Suisse a subi des pressions étrangères, en annulant une précédente visite prévue à Berne les 23 et 24 septembre.

Dans un entretien publié par "Le Temps", le président de la chambre basse du Parlement russe a confirmé sa venue à Genève pour participer à la session interparlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sur la situation en Ukraine.

Il précise qu'il "n'a pas prévu spécialement une rencontre" avec le président du Conseil national Ruedi Lustenberger (PDC/LU), mais que "si elle a lieu, tant mieux" et rappelle qu'il avait prévu de participer aux commémorations du 23 au 25 septembre consacrées au 200e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Russie et la Suisse. La visite a été annulée le 14 septembre par le président du Conseil national.

Aucun doute

"Nos collègues suisses ont été contraints à cette décision. Il n'y a aucun doute sur le fait qu'il y a eu des pressions étrangères, venant principalement de Washington", a déclaré au "Temps" Sergueï Narychkine.

"Je répète que j'en suis désolé, car cela va à l'encontre des principes démocratiques et des normes interparlementaires et de coopération", a ajouté le proche du président russe Vladimir Poutine. Sergueï Narychkine figure sur la liste des personnes visées par les sanctions européennes et américaines.

Interrogé sur le rôle de la diplomatie suisse, dans le conflit géorgien et en Ukraine, Sergueï Narychkine affirme que "le rôle de la Suisse a été important dans la normalisation de la situation" entre Moscou et Tbilissi, la capitale de la Géorgie.

La Russie pas partie prenante

Il réfute toute intervention directe de la Russie dans l'est de l'Ukraine, en dehors de "volontaires" qui se battent contre "une révolte de nationalistes radicaux, contre le néonazisme et contre la russophobie".

Plus de 450 parlementaires de 50 pays sont attendus à Genève pour participer de vendredi à dimanche à la réunion d'automne de l'assemblée parlementaire de l'OSCE. Le président de la Confédération et président en exercice de l'OSCE Didier Burkhalter ouvrira notamment la réunion.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes