Les Evangéliques soutiennent l'initiative PDC pour les familles

Le Parti évangélique suisse (PEV) soutient l'initiative du PDC pour les familles qui vise à exonérer d'impôt les allocations pour enfant. En revanche, il rejette celle des Vert-libéraux qui veut remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l'énergie. Ces deux textes seront soumis au peuple le 8 mars.

Les délégués, réunis samedi à Herisau (AR), ont recommandé par 49 voix contre 34 et 7 abstentions le oui au texte "Aider les familles. Des allocations pour enfant et de formation exonérées de l'impôt". En tant que parti de la famille, le PEV se doit de soutenir cette proposition du PDC, ont lancé les partisans.

Il est absurde de devoir payer des impôts sur ces allocations, a plaidé la conseillère nationale Lucrezia Meier-Schatz (PDC/SG). Les patrons paient chaque année cinq milliards de francs et l'Etat empoche un milliard en retour, a-t-elle poursuivi.

Mais ce milliard manquera finalement dans les caisses de l'Etat, a contré Andrea Caroni (PLR/AR). L'initiative PDC bénéficie surtout aux gros salaires. Une famille sur deux ne paie en effet pas d'impôt fédéral direct et ne tirera aucun avantage de cette exonération, selon lui.

Le score sur l'initiative des Vert'libéraux "Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l'énergie" a quant à lui été plus net, 61 délégués y étant opposés contre 28. Le texte propose l'introduction d'un impôt sur les énergies non renouvelables comme le pétrole, le gaz, le charbon ou l'uranium.

Rentrées fiscales

La TVA doit être remplacée par une taxation dissuasive des énergies sales, ce qui constituerait le vrai signal du tournant énergétique, a argumenté Jürg Grossen (PVL/BE).

L'idée paraît séduisante, selon Maja Ingold (PEV/ZH) mais est un peu courte. Les rentrées fiscales en seraient les premières touchées. La TVA rapporte 22 milliards de francs. Pour compenser un tel montant, le litre d'essence devrait être taxé 3 francs au lieu des 70 centimes actuellement, une perspective totalement irréaliste, selon elle.

/ATS


Actualisé le