Les acteurs humanitaires rendent hommage aux victimes

Le travail humanitaire est de plus en plus dangereux. En dix ans, 829 humanitaires ont été tués et 1470 autres ont été enlevés ou blessés. Les organisations humanitaires leur rendent hommage lundi.

L'an dernier, 272 humanitaires ont été victimes d'incidents, dont 66 tués, 115 blessés et 91 enlevés. Depuis le début de l'année, 207 victimes sont déjà recensées, dont 76 morts, 59 blessés et 72 enlèvements, selon la banque de données de Humanitarian Outcomes.

La Journée mondiale de l'aide humanitaire est célébrée le 19 août en mémoire des victimes de l'attentat qui, il y a dix ans, a coûté la vie à Bagdad à 22 membres de l'ONU, dont le Haut Commissaire aux droits de l'homme Sergio Vieira de Mello.

Une nouvelle campagne a été lancée à cette occasion pour mobiliser des fonds. La campagne "Le monde a besoin de plus de ..." permet à des marques de renommée mondiale de sponsoriser un mot. Jusqu'au 24 septembre, chacun peut débloquer les montants alloués par les marques en parrainant des mots dans les réseaux sociaux, par "texto" ou sur le site de la campagne: www.worldhumanitarianday.org.

Besoins en hausse

"Le monde a besoin de plus dâ€TMhumanité", a affirmé Valérie Amos, secrétaire générale adjointe de lâ€TMONU chargée des affaires humanitaires, en soulignant que cette année, les agences humanitaires ont la lourde tâche de venir en aide à plus de 70 millions de personnes dans le monde.

"Les besoins humanitaires ne cessent dâ€TMaugmenter et nous devons développer de nouvelles approches pour y répondre. Nous devons constamment engager de nouveaux partenaires", a-t-elle expliqué.

L'Afghanistan, la Syrie, la Somalie et le Soudan sont les pays les plus dangereux. Depuis le début de 2012, 86 incidents ont été dénombrés en Afghanistan, au cours desquels 31 travailleurs humanitaires ont trouvé la mort et quelque 100 autres ont été enlevés. En Syrie, au moins 20 volontaires du Croissant-Rouge et neuf employés de l'ONU ont été tués depuis le début du conflit en 2011.

En un an, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déploré la mort de sept employés, dont quatre chauffeurs dans le Soudan du Sud, un au Soudan, un au Rwanda et un en Afghanistan. Les victimes sont en majorité des employés locaux, 224 contre 48 expatriés en 2012, 164 locaux contre 43 internationaux en 2013.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes