Les cas d'encéphalites à tiques ont doublé cette année

Les tiques ont été particulièrement féroces cette année. L'OFSP a relevé depuis le début de l'année 196 annonces de cas d'encéphalites à tiques, un chiffre qui a doublé par rapport à la même période en 2012 (87), selon le dernier bulletin de l'Office fédéral de la santé publique.

Les 196 annonces recensées jusque-là constituent la plus haute valeur jamais relevée depuis 2006. L'an dernier, il y en a eu 87 de janvier à novembre et, en 2011, 164.

Le record remonte à 2006: environ 250 cas d'encéphalites à tiques avaient été déclarés durant l'ensemble de l'année. Selon l'OFSP, quelque 20'000 personnes ont consulté cette année un médecin pour une piqûre de tique.

Système d'annonces

Les piqûres de tiques et les cas de borréliose, une maladie bactérienne qui se soigne au moyen d'antibiotiques, sont consignés depuis 2008 dans le système d'annonces Sentinella. Ce site est enrichi semaine après semaine de données provenant d'un réseau de médecins. Les résultats sont extrapolés à la Suisse. Il s'agit donc d'estimations.

La méningo-encéphalite verno-estivale, qui peut conduire à une inflammation du cerveau, est en revanche soumise à une obligation de déclarer. Chaque médecin qui rencontre des cas doit les annoncer au médecin cantonal et à l'OFSP. Les cas recensés sont donc effectifs.

Les chiffres 2013 sont encore provisoires, d'une part parce que l'année n'est pas terminée et d'autre part parce que les chiffres sont tributaires des annonces des médecins.

L'OFSP recommande le vaccin contre l'encéphalite à tiques pour les personnes vivant dans des régions à risque. Les cantons romands les plus touchés sont Fribourg et le Jura. Berne l'est également.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes