Les jeunes déclarent la guerre à la discrimination

Congé parental, maintien des bilatérales, lutte contre le racisme et la discrimination au quotidien: les 200 participants à la Session des Jeunes ont transmis ces revendications au président du Conseil national Ruedi Lustenberger.

Pendant quatre jours, les participants âgés de 14 à 21 ans ont discuté Suisse et Europe, travail et famille, racisme, égalité des sexes, chômage des jeunes et gaspillage alimentaire.

Selon eux, l’article du code pénal sur la discrimination raciale devrait être étendu pour inclure la discrimination en raison de l’orientation sexuelle, d’un handicap physique ou mental et de l’appartenance à une couche sociale. La problématique devrait être traitée dans les écoles comme partie intégrante du plan d’étude.

Inégalités salariales

Pour lutter contre l'inégalité des salaires entre hommes et femmes, les jeunes exigent non seulement que les contrôles soient renforcés, mais aussi des sanctions en cas de discrimination. Le congé maternité actuellement réservé aux femmes devrait en outre être transformé en congé parental et, comme proposé par le Conseil fédéral, être augmenté à 24 semaines.

Les 200 jeunes proposent également des mesures pour faire face au gaspillage alimentaire et au chômage des jeunes. Concernant les relations avec l’UE, ils demandent le maintien des bilatérales et une meilleure répartition des demandeurs d’asile dans tous les Etats Dublin.

La Suisse de l'avenir

La Session fédérale des jeunes est un projet du Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ) et se déroule une fois par an. Pendant quatre jours, les 200 jeunes prennent place au Conseil national et façonnent le futur de la Suisse.

Chaque année, la session des jeunes adopte des pétitions ou formule des revendications. En vingt ans, le Parlement n'en a repris qu'une infime partie sous forme de motion, dont un petit nombre a été accepté, comme l'interdiction des symboles nazis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes