Nidwald: le parlement rejette l'initiative de l'UDC

Le parlement nidwaldien souhaite conserver l'enseignement de deux langues étrangères à l'école primaire. Les députés ont rejeté mardi par 37 voix contre 17 l'initiative de l'UDC demandant qu'une seule langue soit enseignée pendant les six premières années d'école. Les citoyens trancheront le 8 mars prochain.

Actuellement, les élèves commencent l'anglais en 3e primaire et le français en 5e. Un changement isolerait Nidwald par rapport à ses voisins qui suivent le même modèle, a estimé la majorité du législatif. Une telle démarche ne peut se faire qu'en coordination avec les autres cantons.

Les opposants au français à l'école primaire ont eux fait valoir que de nombreux enfants sont dépassés par l'enseignement de deux langues étrangères. "Le but de l'enseignement ne peut pas être qu'au final tous maîtrisent trois langues mais soient incapables de réparer un robinet", a déclaré un député.

Soutien du gouvernement

Le Conseil d'Etat a lui donné son soutien à l'initiative. Il a proposé de repousser le début de l'apprentissage du français en 7e année tout en gardant le début de l'anglais en 3e année. Toutefois, le nombre de périodes hebdomadaires de français serait augmenté.

Des discussions sur le français à l'école primaire sont en cours dans plusieurs cantons alémaniques. Un débat qui provoque la colère en Suisse romande. Beaucoup craignent un affaiblissement de la cohésion nationale.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes